mardi 10 mai 2011

Dimanche 8 mai 2011

Je suis à l'Île Saint-Bernard à 8h00. Je marche dans le sentier principal qui mène à la plage Le Grillon. Je photographie une Paruline à croupion jaune avant d'arriver à la plage. Les individus de cette espèce sont nombreux sur l'île, un vrai régal pour les yeux.


À la mangeoire, j'aperçois un Cardinal à poitrine rose mâle


Un Cardinal à poitrine rose femelle est perché sur une branche dans l'arbre voisin.


Une Paruline à collier chante. Elle est perchée dans un arbre proche de la plage


Je continue ma randonnée sur le sentier principal. Un peu avant d'arriver à la mangeoire de la grande digue, j'entends un Oriole de Baltimore haut perché. Je l'observe un moment. Une Paruline à croupion jaune passe proche. Je m'approche de la mangeoire et j'attends.  Un Cardinal à poitrine rose mâle s'approche.


Il se pose sur la mangeoire, peu préoccupé par ma présence à moins de cinq mètres.


Il quitte les lieux. Je continue d'avancer dans le sentier en étant attentif. J'arrive à la pointe nord. Je rebrousse chemin. J'entends le chant du Tyran huppé, du Troglodyte familier et de plusieurs Paruline à croupion jaune.



 Puis, j'aperçois une Paruline à gorge orangée très belle qui va de branche en branche, assez proche. 


Je suis intrigué par le comportement de deux Pic flamboyant qui se posent souvent à la cime d'un chicot proche d'une cavité, Je reste à cet endroit pour réaliser quelques photos.


En retournant à l'accueil, une personne a repéré une couleuvre immobile, la tête relevée, un beau sujet à photographier.


Après avoir mangé une prise une pause au Café de l'Île, je décide de me rendre aux étangs d"épuration de Mercier. À cet endroit, je vois Petit Garrot, Canard chipeau, Canard colvert, Fuligule milouinan, Chevalier grivelé et Tyran tritri.

Je poursuis ma randonnée au marais de St-Étienne-de-Beauharnois. Je suis surpris par la présence de nombreuses Sarcelle d'hiver très proches de la rive. Je m'immobilise. Ma présence fait déguerpir un groupe de sarcelles. Je tente de photographier, mais les phragmites constitue un obstacle majeur. Je n'ose pas bouger. J'arrive tant bien que mal à prendre quelques photos de sarcelles qui passent entre deux tiges de phragmites.


Je me rends au pont de Saint-Louis-de-Gonzague. Je marche sur la piste cyclable proche de l'étang. J'entends Paruline à croupion jaune et Paruline jaune


J'entends aussi un Moucherolle tchébec. Je le repère.


C'est au tour de l'Oriole de Baltimore de manifester sa présence. Toutefois, depuis un moment, les nuages masquent le soleil, la lumière décline et le temps s'assombrit. ce qui rend la prise photo plus difficile.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire