mardi 30 juin 2015

Tyran tritri (Eastern Kingbird)

Le Tyran tritri (Eastern Kingbird) est un moucherolle facile à observer au Québec. Il est d'autant plus visible qu'il fréquente les milieux ouverts et se perche toujours bien en évidence. Dès le début du 20ième siècle(1906), son cri lui a valu le nom de <tritri>. La photo montre que cet oiseau mange, à l'occasion, de petits fruits. Je l'ai vu avaler un petit fruit, mais, je n'étais pas bien placé pour <capturer> la scène, à ce moment-là.
Photographié le 27 juin 2015 à
Salaberry-de-Valleyfield (Québec)


Jaseur d'Amérique (Cedar Waxwing)

Le régime alimentaire du Jaseur d'Amérique (Cedar Waxwing) se compose d'insectes, mais aussi de fruits, comme celui de l'amélanchier qu'on peut voir sur la photo. En tant que frugivore, le Jaseur d'Amérique joue un rôle important dans l'écologie. À l'instar d'autres espèces, il disperse par ses fèces des graines d'arbres fruitiers.
Photographié le 26 juin 2015 à
Salaberry-de-Valleyfield (Québec)


mercredi 24 juin 2015

Mouette tridactyle (Black-legged Kittiwake)

Appelée <mouve> par certains résidents de la Côte-Nord en raison de ses aptitudes au vol, la Mouette tridactyle est essentiellement pélagique l'hiver et côtière en période de reproduction.
Photographié le 15 juin 2015 à
Percé (Québec)


Fou de bassan (Northern Gannet)

Ce magnifique oiseau blanc aux ailes à bout noir pourrait très bien être l'emblème ornithologique de la Gaspésie Il est en effet omniprésent en été dans les eaux côtières de cette péninsule baignée par la baie des Chaleurs, le golfe et l'estuaire du Saint-Laurent. 
Photographié le 15 juin 2015 à
Percé (Québec)


vendredi 12 juin 2015

Jaseur d'Amérique (Cedar Waxwing)

À l'époque de la colonisation française, les pionniers avaient baptisé cet oiseau le <récollet> en raison de son plumage brun et de sa huppe en forme de capuchon, qui rappelaient les premiers missionnaires canadiens.
Jaseur d'Amérique photographié le 7 juin 2015 à
Salaberry-de-Valleyfield (Québec)


Jaseur d'Amérique (Cedar Waxwing)

Pendant que je regardais le match de finale masculine du tournoi de tennis de Roland Garros 2015 entre Stanislas Wawrinka et Novak Djokovic, mon attention a été détournée par l'arrivée de quelques Jaseur d'Amérique dans mon épinette. Comme mon appareil-photo n'est jamais très loin et que les oiseaux sont restés assez longtemps, j'ai pu faire quelques photos.
Photographié le 7 juin 2015 à
Salaberry-de-Valleyfield (Québec)


mercredi 10 juin 2015

Râle de Virginie (Virginia Rail)

Bien à l'abri dans la végétation, le Râle de Virginie est rarement visible. Lorsqu'il est dérangé, il s'enfuit généralement en courant plutôt qu'en volant. Oiseau migrateur, le Râle de Virginie niche dans le sud du Québec, où son observation est occasionnelle. La répartition du Râle de Virginie est étroitement liée à la présence de grands marais utilisés pour la nidification. Ce qui n'est pas tout à fait le cas de l'oiseau qui apparaît sur la photo. J'ai été étonné de l'observer dans un marais de petite taille, à proximité d'une route très passante.
Photographié le 4 juin 2015 à
Salaberry-de-Valleyfield (Québec)


mardi 9 juin 2015

Viréo aux yeux rouges (Red-eyed Vireo)

Le Viréo aux yeux rouges est le viréo le plus abondant des forêts du Québec méridional. Ce chanteur inlassable peut étendre sa saison de reproduction jusqu'en début d'automne. Il hiverne en Amérique du Sud et nous revient vers la fin du mois de mai. Il n'est pas aisé d'observer l'oeil rouge. Pour le voir comme il faut, il faut des conditions de lumière favorable, Ce qui n'est pas le cas sur cette photo faite par temps gris et l'oiseau est sous la canopée.
Photographié le 21 mai 2015 à
Coteau-du-Lac (Québec)


Passerin indigo (Indigo Bunting)

Le mâle Passerin indigo est certes l'un des joyaux de l'avifaune québécoise. Il se distingue par son plumage bleu. Le passerin qui apparaît sur la photo n'est pas entièrement bleu. De deux choses l'une, soit il montre encore des traces d'un plumage internuptial, soit il n'a pas encore atteint sa maturité.
Photographié le 21 mai 2015 à
Coteau-du-Lac (Québec)


Pluvier kildir (Killdeer)

Le Pluvier kildir est le seul des oiseaux de rivage observés au Québec qui possède deux bandes pectorales noires. De tous les oiseaux de rivage de l'Amérique du Nord, cet oiseau est le premier à revenir dans son aire de nidification. On le reconnait à son cri retentissant <kill-di>, qu'il pousse au sol ou au vol à l'approche d'une menace.
Photographié le 20 mai 2015 à
Coteau-du-Lac (Québec)


lundi 8 juin 2015

Paruline masquée mâle (Male Common Yellowthroat)

En été, rares sont les milieux humides et buissonneux qui n'habitent pas de Parulines masquées. Cette paruline se prête bien à l'observation, car les habitats qui lui sont propices sont abondants et faciles d'accès. Avec son masque noir et sa gorge jaune, le mâle est des plus facile à reconnaître,
Photographiée le 18 mai 2015 à
Salaberry-de-Valleyfield (Québec)